Rencontrant un succès sans précédent en Inde, et dans de nombreux autres pays à faible PIB par habitant. Xiaomi perd pourtant de plus en plus de parts de marché dans son pays d’origine. Faisons donc le constat de la situation et essayons de comprendre les raisons pour lesquelles Xiaomi échoue en Chine.

À première vue, tout semble aller pour le mieux pour Xiaomi. En effet, la firme détient 10% de parts de marché en Chine, elle a expédié 10.3 millions d’unités entre octobre et décembre 2018. Et n’oublions pas aussi son tout dernier Redmi Note 7 qui est un succès sans précédent.

Pourtant, tout cela n’est que demi-vérités : tous les indicateurs sont en baisse pour la firme chinoise. Durant la même période de 2017, elle détenait 13.9% des parts de marché en Chine, soit une baisse de presque -4%. Cela s’est traduit par une baisse de -35% du volume des ventes, passant de presque 16 millions d’unités dans le dernier trimestre de 2017 à seulement 10.3 unités dans la même période en 2018

Découvrez aussi : Le prix et les caractéristiques du Redmi Note 7

Le constat est donc amer pour le géant chinois de l’électronique. Xiaomi a non seulement failli à s’étendre en terre du milieu, mais a vu ses ventes chuter plus que celles d’Apple ! un constat à relativiser bien sûr, vu l’énorme succès de la firme en Inde et dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient qui ne semblent pas vouloir punir la marque, malgré le scandale des 48Mpx du Redmi Note 7.

Livraisons et parts du marché des cinq plus grand constructeurs chinois de smartphones
Livraisons et parts du marché des cinq plus grand constructeurs chinois de smartphones

Xiaomi devra aussi clarifier au plus vite sa position de sa nouvelle sous-marque nommée Redmi. Une marque qui au départ voulait occuper les segments de l’entrée et du milieu de gamme. Mais qui retrouve maintenant à vouloir produire des flagships, ce qui rend sa création presque inutile.

A lire aussi

Donnez nous votre avis :

Amateur de sciences, de High-Tech et de la culture geek en général, et ayant comme mission d'étoffer le contenu algérien d'expression francophone.