Xiaomi – 9 nouvelles fonctionnalités de protection de la vie privée arrivent sur MIUI 12

Après avoir été pointée du doigt pour des pratiques outrancières de collecte des données de ses utilisateurs, Xiaomi s’est résolu à intégrer un certain nombre de nouvelles fonctionnalités censées protéger la vie privée de ses utilisateurs.

Ces nouvelles améliorations arrivent intégrées à la toute nouvelle MIUI 12 dont le déploiement a d’ores et déjà commencé en Chine, et qui arrivera sur les versions ‘global’ pas plus tard qu’en juin 2020 sur certains modèles.

Les nouveautés

En basculant sur la nouvelle version de l’interface utilisateur de la marque, l’utilisateur pourra profiter de ce qui suit, en termes de protection de la vie privée :

  • La MIUI 12 est la première UI basée sur Android à réussir des tests stricts concernant la protection de la vie privée.
  • Possibilité de réinitialiser l’ID de l’appareil, ce qui rend impossible de lier les données collectées à votre appareil spécifique.
  • Possibilité de n’accorder des autorisations aux applications que lors de leur utilisation, elles n’auront ainsi pas accès à certaines fonctionnalités quand elles sont en arrière-plan.
  • Les autorisations doivent être renouvelées à chaque utilisation de l’application (au choix).
  • Un accès restreint à votre appareil pour les applications tierces.
  • Recevoir des notifications lorsque les applications tentent de : faire un enregistrement vocal (microphone), utiliser la caméra où accéder à votre localisation.
  • Utiliser le ‘secure sharing’ pour contrôler quelles données additionnelles sont partagées conjointement lors de l’utilisation de la fonctionnalité partage (fichiers, contacts, images…).
  • Avoir des statistiques compréhensibles sur l’utilisation des permissions par les différentes applications.
  • Interdiction aux applications d’ouvrir d’autres applications en arrière-plan.

Les sceptiques le resteront

Malgré tout cela, Xiaomi doit encore fournir des efforts dans ce domaine, car la collecte des données des utilisateurs continue quand même pour les applications first-party (de chez Xiaomi)ainsi que par l’interface utilisateur elle-même.

 Néanmoins, ceci est un pas dans la bonne direction, quoiqu’on voit mal l’entreprise abandonner ses fondements, sache que la majorité de ses revenus proviennent de ‘services tiers’, notamment la revente de données et publicités ciblées.