Se prononçant sur l’ouverture du marché d’Internet aux opérateurs privés, la ministre de la Poste et des TIC, Houda Imane Faraoun, a affirmé, lors de son passage ce dimanche, sur les ondes de la radio nationale, qu’il est théoriquement faisable, mais que l’absence de mécanismes d’application a fait que la chose soit toujours à la traîne.   

Se référant aux dispositions du projet de loi relative aux règles générales relatives à la poste et aux communications électroniques ayant reçu l’aval du gouvernement le 28 décembre dernier, la ministre a affirmé que «le marché est théoriquement ouvert, mais que les mécanismes permettant son ouverture ne sont pas encore là ».

«Actuellement, Algérie Télécom n’est pas dans l’obligation d’ouvrir sa boucle locale. Par contre, le projet de loi qui a été soumis au vote au niveau du parlement permuterait le dégroupage comme obligation pour l’opérateur public», a affirmé la ministre, avant de souligner que l’opérateur public «est une entreprise rentable et de ce fait, il n’est pas question d’ouvrir son capital aux opérateurs privés».

Source