Depuis quelques jours, internautes et médias font preuve d’engouement pour un réseau social du nom de Vero. Pas si nouveau que ça, il se retrouve pourtant subitement sous les projecteurs.

C’est le réseau social le plus téléchargé actuellement aux États-Unis, selon AppAnnie. Lancée en juillet 2015, l’application Vero – « vérité » en latin – est brutalement sortie de l’ombre ces derniers jours, propulsée par l’arrivée de quelques influenceurs Instagram sur la plateforme. Son principe est plutôt basique : partager des photos, des vidéos, des musiques ou des livres.

Mais là où Vero se distingue de ses adversaires que sont Facebook, Instagram, Twitter ou encore Pinterest, c’est surtout dans son modèle économique. Ici, pas de publicités ni de collecte massive de données, mais à long terme, un abonnement annuel payant.

La grosse compagne commericiale autour du réseau social a aussi eu un effet secondaire indésirable. Internet a voulu jeter un coups d’oeil dans le passé des trois dérigeants derrière Vero. Résultat :

L’application a été créée en juillet 2015 par trois hommes : Scott Birnbaum, Motaz Nabulsi et Ayman Hariri. Le premier est un entrepreneur, à la tête d’un fonds d’investissement spécialisé dans les petites entreprises liées aux nouvelles technologies. Le deuxième est un producteur de films jordanien. Tous deux sont respectivement ami d’enfance et cousin du troisième, selon le site Arabian Business.

Si le nom d’Ayman Hariri vous dit quelque chose, c’est qu’il s’agit du plus jeune fils du premier ministre libanais Rafiq Hariri, assassiné en 2005. L’homme d’affaires et milliardaire a présidé Saudi Oger, entreprise familiale spécialisée dans la construction, connue entre autres pour ses dettes faramineuses. En novembre 2017, elle devait notamment 15 millions d’euros d’arriérés de salaires à 240 employés français du groupe en Arabie saoudite.

Vero, une application de réseau social qui propose des services payants qui fait le buzz avec un passé très douteux et qui repose sur un modèle économique qui a fait ses preuves pour être le pire possible pour une si jeune application.

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.