À peine quelques mois depuis son rachat par Uber, Careem, l’entreprise émiratie et géante du VTC au Moyen-Orient vient d’annoncer officiellement son arrivée sur le marché algérien, à Alger plus précisément.

Son principe, tout comme toutes les autres applications de VTC, est on ne peut plus simple : la plateforme met en relation des clients cherchant à effectuer une course entre deux endroits, et des conducteurs (souvent en freelance) qui utilisent leurs propres véhicules pour fournir la prestation. Le calcul du prix quant à lui se fait non seulement selon la distance à parcourir, mais aussi par rapport à l’heure de la journée qu’il est. De ce fait, les courses de nuit ou en heures de pointe sont souvent plus chères que lors des horaires de basse pression.

Comme l’indique son compte Facebook officiel, Careem a d’ores et déjà lancé un appel de recrutement aux personnes désirant rejoindre le nouveau réseau de la firme en Algérie. Selon la publication, il faudra être âgé d’au moins 25 ans, avoir le permis de conduire de 10 ans, mais aussi disposer d’un véhicule relativement neuf.

Reste à savoir si ce nouveau concurrent saura se frayer une place sur un marché algérien des VTC encore dans ses balbutiements, mais déjà largement dominé par Yassir, une alternative 100% algérienne.

Donnez nous votre avis :