Samsung a fini d’enquêter sur les causes techniques qui ont entrainé les explosions de Galaxy Note 7 durant l’automne. Un rapport sera dévoilé lundi lors d’une conférence de presse à Séoul. Mais quelques informations ont déjà filtré.

Suite désastre financier que fut le Galaxy Note 7 et qui a coûté 5 milliards de dollars à court terme, mais dont l’impact économique se répercutera sur plusieurs années, Samsung a entamé deux chantiers. Le premier est la mise en place de nouveaux processus de sécurité pour améliorer la fiabilité des produits et des composants. Le premier est une enquête interne pour comprendre les causes de ces explosions. Elle a été confiée à trois cabinets différents. Ceux-ci ont rendu leurs avis mi-décembre. Samsung a donc rédigé un rapport exhaustif dont les conclusions seront rendues publiques lundi 23 janvier. Une conférence de presse aura lieu à Séoul où les dirigeants de la firme répondront aux questions.

Cependant, une partie du rapport a déjà été dévoilée. Le Wall Street Journal a en effet publié un article qui dévoile les deux raisons principales citées dans le document. Première raison de la surchauffe : les batteries utilisées dans le smartphone auraient été trop grandes.

La seconde raison évoquée dans le rapport de Samsung, et dévoilée par le quotidien économique américain, est un usage défectueux. Plusieurs affirmaient déjà précédemment que SDI (la filiale de Samsung en charge de produire des batteries) avait été mise en cause lors du premier rappel du Note 7. Cependant, il semble que le manufacturier hongkongais Amperex Technology, qui fournissait également des batteries, n’était pas hors de cause. Si Samsung affirme effectivement lundi qu’Amperex lui a fourni des batteries défectueuses, cela aura certainement des conséquences significatives.

De toute façon, on en saura surement beaucoup plus lundi lors de la conférence de presse à Seoul.