Comme prévu, Samsung a organisé aujourd’hui une nouvelle conférence Unpacked avec quelques produits très intéressants à découvrir. À commencer par son nouveau flagship, le Galaxy S8, digne successeur du Galaxy S7. Ou plutôt du Galaxy S7 Edge ? Explications.

Le Galaxy S8 de Samsung a fait l’objet de très nombreuses fuites ces derniers mois. Notamment ces derniers jours avec un nombre croissant de vidéos, de photos et de spécifications techniques. Le smartphone a même été croisé chez Tenaa en début de semaine et Boulanger a publié des fiches produits quelques heures en avance par rapport à l’annonce officielle. Bref, il n’y avait plus grand-chose à apprendre aujourd’hui que ce soit au niveau des composants, de l’esthétique et même de l’interface.

Plus qu’une simple fiche technique

Et pourtant, nous attendions le 29 mars 2017 avec impatience pour enfin découvrir véritablement et pleinement, à l’occasion de la conférence Unpacked qui a eu lieu à New York, ce que Samsung a pu imaginer durant cette dernière année en terme de design, de services et d’accessoires. Car, autant être clair, tous les détails techniques qui vont suivre ne servent qu’un seul objectif : offrir une expérience mobile riche. Riche parce qu’interactive. Riche parce que colorée et vive. Riche parce que qualitative à tous les points de vue.

Plusieurs produits ont été dévoilés lors de l’Unpacked de Samsung : deux smartphones et deux accessoires. Nous commencerons les présentations par le Galaxy S8, puisqu’il était le plus attendu. Nous continuerons avec le S8+, puis les deux accessoires et enfin nous ferons le tour de toutes les nouveautés de « Samsung Experience », la nouvelle interface de Samsung. Donc beaucoup de détails à partager et à commenter.

Une phablette cachée dans un petit corps

La suite de cet article est donc consacrée au Galaxy S8. Et autant aller à l’essentiel tout de suite : c’est une petite merveille de design. Nous avons largement découvert son ergonomie au travers des fuites ces dernières semaines. Et tous ces détails ont été confirmés. Le grand écran. L’absence de bordures latérales. La minceur des bordures supérieures et inférieures. La suppression du bouton « Home », remplacé par une touche virtuelle capable de mesurer la pression façon « 3D Touch ».

Tout cela en conservant les acquis esthétiques du Galaxy S6 et du Galaxy S7 : du métal sur les tranches et du verre minéral (Corning Gorilla 5) sur les deux faces. Et Samsung n’a pas oublié de conserver l’étanchéité de la coque (IP68). Comparé au Galaxy S7, le Galaxy S8 est légèrement plus haut (6,5 mm), mais légèrement moins large (1,5 mm) et tout aussi épais (8 mm). Soit des dimensions très similaires.

Et pourtant, l’écran, Super AMOLED naturellement, passe de 5,1 à 5,8 pouces. Une taille d’écran en forte hausse, basculant donc dans le monde des phablettes, et un ratio écran/taille qui passe de 72,1 % à… 83,6 % ! Les bordures en sont l’une des raisons. La double courbure de l’écran en est une autre, puisqu’aucun Galaxy S8 n’est plat, même ce « petit » modèle. La dalle du S8 offre plus de pixels sur la hauteur, mais autant sur la largeur. Soit une définition de 1440 x 2960 pixels. Ainsi, malgré une augmentation de la taille de 0,7 pouce, la dalle conserve presque la même résolution : 570 pixels par pouce.

Cohabitation internationale

À l’intérieur, le Galaxy S8 fonctionne sur le Snapdragon 835 aux États-Unis et sur l’Exynos 8895 (le fameux Exynos 9 Octa) dans le reste du monde. Ils sont tous les deux accompagnés de 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage interne (extensibles par microSDXC jusqu’à 256 Go supplémentaires). La batterie offre une capacité de 3000 mAh (compatible chargement rapide). Sur ces trois points, Samsung est très conservateur. Espérons que les optimisations logicielles contrebalanceront cela.

Galaxy S8

Passons à la photo. Le Galaxy S8 est pourvu à l’arrière du même équipement que l’année dernière : capteur Dual Pixel de 12 mégapixels (chaque pixel mesure 1,4 micron) avec stabilisateur optique, flash LED, autofocus à détection de phase et objectif 26 mm ouvrant à f/1.7. Une très bonne combinaison l’année dernière que nous avons plaisir à retrouver ici. À l’avant, la vieille webcam du Galaxy S6 de 5 mégapixels est enfin remplacée par un composant plus récent. Celui-ci affiche une définition de 8 mégapixels. Il dispose d’un autofocus. Il est accompagné d’un objectif qui ouvre à f/1.7. Et il est compatible HDR.

Synergies de groupe

Les connexions et connectiques incluent WiFi ac dual band, Bluetooth 5.0, GPS (Galileo, Glonass et Beidou), NFC, LTE catégorie 16, chargement sans fil (Qi et Airfuel), lecteur d’empreinte digitale (déporté au dos et non sous l’écran, quel dommage), scanner d’empreinte rétinienne et reconnaissance faciale, USB 3.1 type-C (enfin !), cardiofréquencemètre et même jack 3,5 mm (pour vendre les casques de Harman). Le chipset audio est hi-fi (comme l’année dernière) et le S8 est pourvu de deux haut-parleurs et, dans la boîte, d’une paire d’écouteurs filaires produits par AKG (marque de Harman, la nouvelle filiale de Samsung). Deux excellentes nouvelles.

Nous reviendrons plus en détail sur les ajouts logiciels et sur DeX dans des articles ultérieurs. Mais sachez que le S8 fonctionne évidemment sur Android 7.0 Nougat avec « Samsung Experience ». Il est proposé en cinq coloris : doré, bleu, argenté, noir et gris. Les précommandes ont d’ores et déjà commencé (trois couleurs disponibles seulement) et courent jusqu’au 20 avril prochain. Trois semaines de précommandes, c’est du grand art. La commercialisation est quant à elle prévue le 28 avril.