La police judiciaire de la direction générale a pu résoudre 28 crimes de cybercriminalité incluant des attaques sur des systèmes informatiques, et sites électroniques en 2017. Et ce d’après des informations publiées dans le magazine « La Police » dans son dernier numéro du mois de mars.

Ces attaques se résument à des piratages des systèmes informatiques et des sites électroniques des entreprises. Et ce en supprimant ou en modifiant des données. 26 personnes étaient complices dans ces attaques, ayant fait 45 victimes, dont 25 victimes psychologiques.

La même source parle de la résolution de 2130 affaires de cybercriminalité. Dont 1570 ont été résolues en 2017, soit 73.71% de réussite. 2101 des personnes impliquées ont été arrêtées, dont 2026 adultes, et 75 mineurs. Les autorités ont enregistré 2704 victimes de crimes ayant une relation avec la cybercriminalité, dont 2300 adultes, 188 mineurs et 216 personnes psychologiquement.

Ces affaires sont tranchées en 1511 affaires qui touchent les personnes que ce soit avec les insultes, l’incrimination, violation du caractère sacré de la vie privée sur internet. 1283 personnes sont complices dans ces crimes de cybercriminalité, dont 58 mineurs. Ces actes ont touchés 2381 victimes, dont 149 mineurs, 2119 adultes et 113 personnes psychologiquement.

Le nombre des affaires des crimes de chantage par internet a atteint 47 affaires. La majorité sont des offres d’emplois non existants afin de gagner de l’argent. 56 personnes étaient les auteurs de ces actes qui ont fait 73 victimes adultes. Ajouter à cela 49 affaires de viole de mineurs touchant l’honneur de ces derniers. 67 personnes adultes et 5 personnes mineures  étaient complices dans ces actes qui ont fait 31 victimes mineures.