A la fin des années 70, l’industrie du cinéma a été chamboulée par l’arrivée des cassettes VHS, ouvrant la voie à ce qu’on appellera par la suite le piratage de la propriété intellectuelle, des films ayant couté des millions de dollars pouvaient désormais être répliqués à moindre coup et vendus au marché noir sans profiter aux ayants-droit. La même chose arriva à l’industrie de la musique avec l’apparition du format mp3, rendant le partage illégal des chansons facile et accessible au grand public.

Le cinéma disparaitra dites-vous ?

Les deux industrie ont par la suite tâtonné quelques solutions comme le recours systématique à la justice ou le cryptage des disques distribués, mais cela n’avait donné que peu de résultats vu l’ampleur du phénomène. La première lueur d’espoir vint par la suite avec le lancement d’Apple d’une plateforme de distribution numérique des la musique (puis de livres et de films), une solution simple, généralement plus accessible que le recours à des sites douteux pour avoir les copies illégales des oeuvres, cette solution permis aussi de baisser les prix en ayant recours à des souscriptions mensuelles comme c’est le cas avec Netflix et Deezer.

La situation en Algérie

Même si l’ONDA fait des efforts pour protéger les propriétés intellectuelles en Algérie, elle reste très limitée par le manque de moyens pour changer la mentalité du consommateur et aller vers une vraie économie du divertissement. Seules qui se démarquent sont les universités qui elles doivent doivent disposer de copies légales de ses logiciels pour pouvoir les citer dans les articles de recherche.

Mais combien ça coûte ? 

Vous serez étonnés de savoir que l’obtention d’une copie légale en format étiquette n’est pas du tout cher:
Windows 7 vous coûterait que 2300 DA en format étiquette (numéro de série)
Windows 8.0 professionnel 2700 DA
Windows 8.1 professionnel 2800 DA
Windows 10 coûterait 4500 DA 

Sont les prix de distributeur algérien PINGUP DZ (0553 33 38 36 ou le 0770 43 74 76) à Alger, Un petit investissement qui épargnerait beaucoup de problèmes légaux à l’avenir, surtout pour les entreprises et les administrations.