L’application Prisma est restée six semaines en exclusivité sur iOS d’Apple, jusqu’à son lancement sur Android ce lundi. Dans ce laps de temps, cet outil de transformation de photographies sur smartphone a été téléchargé près de dix millions de fois, et été utilisé pour retravailler quelque 400 millions de clichés.

« Transformer vos photos en œuvres d’art impressionnantes », le poncif sur lequel repose la promesse de Prisma Labs est intelligemment exploité par la start-up moscovite. Les développeurs ont créé un algorithme utilisant la technologie du « machine learning », qui décompose et redessine les photographies, en s’inspirant de styles synthétisant des courants artistiques ou des œuvres célèbres. C’est là toute la différence avec Instagram, qui se contente de placer des filtres par-dessus les photos.

4974968_6_d180_photographie-du-bureau-du-fondateur-du_48f73add6e7c25e0b7946bc22de4654d
L’utilisateur peut prendre un cliché ou utiliser un média présent dans la galerie de son smartphone. Après un simple clic sur la trentaine de thèmes proposés et quelques secondes d’attente, il obtient son image. Il peut ensuite atténuer l’effet du thème en faisant glisser son doigt le long d’une jauge allant de 0 à 100 %. Puis il peut télécharger la photo, la partager sur Instagram ou Facebook via des boutons spéciaux, ou sur tout autre réseau grâce à une commande de partage. Prisma dépose son logo dans un petit rectangle à l’angle de l’image, en revanche, l’application sauvegarde la photo originale.

disponible sur google play