Avec sa nouvelle offre « FTTH », on a le sentiment qu’Algérie Télécom fait de la discrimination avec des offres aux prix éxagérés qui dépassent le double du salaire minimum en Algérie.

La neutralité du net, un terme qui peut être assez mystérieux au début est pourtant assez simple à comprendre. Ce terme est né aux USA avec la création d’internet et son principe a toujours été appliquer sans pour autant être une loi écrite jusqu’à l’arrivée d’Obama en 2014.

Afin d’éviter de vous embrouiller avec des textes de loi très longs, on vous a résumé les principes sur lesquelles repose la neutralité du net :

  • Premièrement, les fournisseurs d’accès à Internet n’ont pas le droit de bloquer ou de ralentir un type de contenu au profit d’un autre. Ils doivent rester « neutres » et acheminer les paquets d’informations qui transitent sur leurs réseaux dans l’ordre d’arrivée, sans discrimination. Ce principe n’existe pas en Algérie et on l’a bien vu avec le blocage du site d’actualité TSA pendant plusieurs semaines.

  • Deuxièment, les opérateurs n’ont pas le droit de créer des paliers de vitesse. C’est-à-dire, que tous les clients doivent bénéficier d’une connexion internet de la même vitesse et de même qualité sans devoir à payer plus cher car c’est une forme de discrimination envers les plus démunis. Vous l’avez surement devinez, en Algérie c’est complètement l’inverse avec l’unique fournisseur ADSL qui a créé des palliers de prix qui fixent le débit des connexions, empâchant l’écransante majorité du peuple d’accéder à internet avec des débits acceptables.
  • Troisièment, transmission des données sans privilégier un protocole de communication et sans examiner ou en altérer le contenu.
  • Quatre, transmission des données sans prise en compte de la source ou de la destination des données.

Le débat de la neutralité du net est aussi vieux qu’internet elle-même et il serait vraiment temps d’en parler en Algérie. Pourquoi ? A cause de la nouvelle offre d’Algérie Télécom « Idoom Fibre ».

La nouvelle offre d’Algérie Télécom ferme complètement la porte à presque la totalité du peuple Algérien devant cette offre avec des tarifs mensuels qui font presque le double du salaire minimum du pays et en osant dire qu’elle est destinée aux particuliers.

Ce qu’Algérie Télécom et ses respondables n’ont pas l’air de réaliser c’est qu’hier, alors qu’eux présentaient des offres les gens aisés, la majorité d’entre-nous attendions une nouvelle grille tarifaire avec peut-être des réductions sur le prix des connexions bas-débit. D’autres encore attendent toujours d’être relier à internet, mais cela est un autre débat.