Google arrête de mettre à jour 1 milliard de smartphones à travers le monde

Selon une analyse faite par le média britannique Which et basée sur les derniers chiffres publiés par Google, deux smartphones Android sur cinq dans le monde ont cessé de recevoir des mises à jour de sécurité. Une révélation à ne pas prendre à la légère, vu que les utilisateurs des téléphones concernés seront très prochainement la cible prioritaire des pirates et malwares.

S’apprêtant à lancer Android 11 dans les prochains mois, Google va cesser de prendre en charge les smartphones bloqués sur Android 6.0 Marshmallow ou inférieur. Cela concerne donc concerne aussi les versions 5.0 Lollipop, 4.4 KitKat, 4.0 Jeally Bean, 3.0 Ice Cream Sandwich et 2.0 Gingerbread, respectivement lancées en 2015, 2014, 2013, 2012, 2011 et 2010.

Combinés, ceux-là représentent à peu près 1 milliard d’appareils, soit pas moins de 42.1% des smartphones toujours en activité dans le monde, dont la majorité se trouvent dans des pays dits du tiers-monde. Cela signifie que la version Android minimum recommandée est la 7.0 Nougat, qu’on retrouve dans des smartphones de la même génération que le Samsung Galaxy S6.

Une menace bien réelle.

Le laboratoire AV Comparatives, spécialisé dans la protection antivirus, tenté d’infecter certains appareils toujours très largement utilisés en Europe, et les résultats ont été plus que choquants.

Comme on peut lire dans le tableau ci-dessous, un smartphone lancé en 2017 et tournant sous Android 8.0 Oreo, le Samsung Galaxy A5 (2017) pourtant toujours pris en charge de manière trimestrielle, a pu être infecté par deux malwares dont le patch de sécurité n’est disponible qu’à partir de la version 9.0 d’Android.

Il s’agit de Joker, lancé en 2017, qui vole les identités bancaires des utilisateurs et les souscrits automatiquement à des services payants qui alourdissent la facture à la fin du mois. Le second est Bluefrag, qui permet aux hackers de prendre le contrôle de votre téléphone via sa connexion Bluetooth.

Quant à Stagefright, est un peu dépassé pour s’en inquiéter, quoi que le Sony Xperia Z2 qui tourne encore sous Android 4.4.2 Kitkat puisse encore en faire les frais. Ce malware permet aux pirates de prendre le contrôle du téléphone en lui envoyant un MMS contenant un code de phishing.

A LIRE AUSSI

About the Author

Diplômé en sciences fondamentales avec une assez large expérience dans les domaine de la High-Tech, Startup et de la culture geek en général.
Mission : étoffer le contenu algérien d'expression francophone.