Fin août 2017, MediaTek présentait deux nouveaux Helio : le P23 et le P30. Six mois plus tard, le fondeur taïwanais revient avec le P60, un chipset qui devrait concurrencer les Snapdragon 636, voire même le Snapdragon 660…

Le P60 a été officialisé sur le Mobile World Congress. Et c’est un chipset très intéressant que nous retrouvons ici, car il a été développé pour se mesurer à l’offre milieu de gamme premium de Qualcomm. C’est-à-dire les Snapdragon 636 et Snapdragon 660.

Nous ne parlons pas du Snapdragon 670, car le fossé qui semble séparer, au moins sur le papier, ce dernier et le P60 de MediaTek est encore considérable. Mais, il serait certainement en mesure d’aiguillonner l’actuelle star du catalogue milieu de gamme de la firme de San Diego.

Le chipset est composé de huit cœurs, répartis en deux groupes. Le premier est un groupe de Cortex-A73 cadencés à 2 GHz et dont le but est de prendre en charge les tâches lourdes. Le second groupe est composé de cœurs Cortex-A53 cadencés eux aussi à 2 GHz. Ils auront pour but de prendre en charge les tâches quotidiennes. En comparaison du P23, sorti il y a six mois à peine, le P60 serait plus puissant de 25 % pour une consommation qui baisserait de 12 %.

Comparaison avec les autres modèles :

Modèle Helio X30 Helio P60 Helio P30
Cores principaux 2x Cortex-A73 2,5 GHz 4x Cortex-A73 2 GHz 4x Cortex-A53 2,3 GHz
Cores secondaires 4x Cortex-A53 2,2 GHz + 4x Cortex-A35 1,9 GHz 4x Cortex-A53 2 GHz 4x Cortex-A53 1,65 GHz
Mémoire 16 bit quad channel LPDDR4X 1866 MHz 32 bit dual channel LPDDR4X 1800 MHz 16 bit dual channel LPDDR4X 1600 MHz
iGPU PowerVR GT7400 Plus à 800 MHz Mali-T72 MP3 à 800 MHz Mali-T71 MP2 à 950 MHz

 

Autre point important, le Mediatek Helio P60 intègre une solution logicielle pour prendre en charge les outils d’intelligence artificielle. Cette solution permet de fluidifier les calculs entre les processeurs applicatifs et graphiques, ainsi que les coprocesseurs dédiés afin d’apporter une meilleure réactivité aux requêtes de l’usager. La solution s’appelle NeuroPilot AI et elle est compatible avec l’API « Android Neural Networks » de Google.

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.