Dans un entretien accordé à un média national, le président de l’association nationale des exportateurs algériens, Mr Ali Bey Naceri, a déclaré que plusieurs constructeurs algériens de smartphones et d’électronique sont menacés de perte de contrats d’exportation dans le cas où le gouvernement continue à bloquer la matière première utilisée lors des différentes étapes de production.


Ainsi, les usines des marques Condor, Brandt, Iris, Bomare Company (Stream System), Enie, Eniem et Salam Electronics (Starlight), risquent de perdre jusqu’à 130 millions d’Euro d’exports si ces derniers venaient à rompre leurs engagements vis à vis de partenaires arabes, africains et mêmes européens. Ce qui peut engendrer une fermeture pure et simple de ces derniers, comme suite directe du gel des importations suite à la vague de procès anti-corruption entamés y a de cela déjà quelques mois.

Donnez nous votre avis :