Même s’il n’est presque plus évoqué par les médias, le projet Starlink d’Elon Musk est plus réel que jamais avec des détails techniquement sur son fonctionnement ainsi qu’une date officielle de lancement commercial aux Etats-Unis.

Dans un récent entretien donné par La présidente et chef de l’exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell, à un média international, cette dernière a évoqué un lancement commercial du projet Starlink pour le second semestre de l’année prochaine (à partir de juin en 2020). Mais afin de disposer d’une couverture mineure commercialisable, la constellation devra contenir pas moins de 400 satellites, ce qui signifie que SpaceX devra procéder à encore pas moins de six lancements durant les 12 mois à venir, le but étant d’atteindre le nom de 800 sur le moyen terme et 30.000 satellites sur le long terme.

Le plus grand problème de l’internet satellitaire est sans doute la très grande latence, c’est-à-dire le temps l’émission de la requête par l’utilisateur (le moment de cliquer) et la réception des données depuis le serveur (affichage des résultats). Actuellement cette dernière est autour des 600ms chez certains opérateurs satellitaires comme Thuraya contre environ 70ms pour l’adsl de chez Algérie Télécom. Pour pallier à ce problème, Elon Musk promet une latence de 25ms pour un allant jusqu’à 1GBPS.

Reste maintenant à connaitre la réponse des opérateurs traditionnels, qui auront sans doute du mal à proposer de meilleurs services aux clients que ce que le projet Starlink compte proposer très prochainement.

Donnez nous votre avis :