Le Liban est en train de vivre l’un des mouvements de protestation les plus généraux de son histoire moderne, la raison ? une taxe décidée par le gouvernement sur l’utilisation de l’application de messagerie VoIP par internet WhatsApp, appartenant au groupe Facebook-.


Sunnites, chiites, chrétiens, aristocrates et prolétaires, toutes les composantes religieuses et sociales de la société libanaise ont investi les rues de nombreuses villes du pays pour dire non à cette taxe jugée exagérée. Que ce soit à Saida, Sour ou encore à la capitale Beirut, le peuple libanais s’est retrouvé pour la première fois depuis très longtemps unis face à la cherté de la vie qui gangrène de plus en plus le pouvoir d’achat déjà mis à mal par un tourisme qui peine à décoller.

La taxe en elle-même consiste à faire payer au citoyen l’équivalent de 50 centimes d’euros pour le premier appel de la journée effectué dans la journée, ce qui peut aller jusqu’à 15 euros supplémentaires sur la facture mensuelle d’internet.

Le chef du gouvernement, Mr Saad Hariri, a décidé in extrémis d’annuler cette taxe et de convoquer son gouvernement, une approche qui n’a pas eu l’effet escompté vu l’insistance des manifestants à voir annuler toutes les nouvelles taxes décidées pour la loi des finances 2020.

Donnez nous votre avis :