Wiko, la filiale du constructeur chinois Tinno vient d’être assignée en justice par LG Electronics dans le cadre d’une violation de brevets. La plainte a été déposée auprès d’une cour de justice allemande.

LG Electronics fait rarement partie de l’actualité « judiciaire » de la téléphonie mobile. Cependant, quand il s’agit de montrer les crocs et de devenir menaçante, la marque asiatique ne se défile pas et va au contact. C’est en effet ce que rapporte l’agence de presse coréenne Yonhap dans une dépêche datant de la semaine dernière.

Selon LG Electronics, la marque marseillaise aurait violé trois de ses brevets liés à la technologie LTE. Le constructeur coréen a donc déposé une plainte auprès du tribunal de Mannheim, en Allemagne.

Selon son porte-parole, LG Electronics a contacté Wiko à plusieurs reprises afin de régler ce conflit « à l’amiable », c’est à dire autour d’une table de négociation. Mais Wiko n’aurait pas donné suite.

Comme toujours, il semble qu’il s’agit ici d’une querelle de chiffre. La citation du porte-parole de LG Electronics le confirme : « Nous continuerons à prendre des mesures sévères contre les utilisations non approuvées de nos brevets sans paiement équitables ».

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.