Le temps du monopole d’Algérie Télécom sur le secteur de l’internet est révolu, après l’application de la loi des communications sans fil à partir du mercredi 6 juin.

Cette loi  était incluse dans le numéro 27 du journal officiel. D’après l’article 101, l’opérateur est contrain d’ouvrir les portes de la concurrence pour les autres opérateurs : « Les opérateurs de réseaux de communications électroniques ouverts au public sont tenus, dans des conditions objectives, transparentes et non discriminatoires, de donner suite aux demandes d’interconnexion formulées par les autres opérateurs ».

Le même article indique : « La demande d’interconnexion ne peut être refusée si elle est justifiée au regard, d’une part, des besoins du demandeur et d’autre part, des capacités de l’opérateur à la satisfaire. Le refus de la demande doit être motivé. L’interconnexion entre les différents réseaux de communications électroniques doit être assurée dans les conditions définies par voie réglementaire. Les opérateurs de réseaux de communications électroniques ouverts au public sont tenus de publier, dans les conditions déterminées par leur cahier des charges, un catalogue d’interconnexion de références qui contient une offre technique et tarifaire d’interconnexion. Ce catalogue est approuvé par l’Autorité de régulation avant sa publication ».

Cet article indique que la porte est ouverte pour tous les opérateurs pour entrer dans le domaine de l’internet. Ce qui signifie une concurrence ouverte avec l’opérateur historique Algérie Télécom qui est une propriété du gouvernement. Il ne reste plus qu’à appliquer cette loi sur le terrain. Aucune loi n’oblige l’application du contenu de cet article sur le terrain. Pour rappel, plusieurs lois en été annoncées à ce propos mais elle n’ont pas été appliquées sur le terrain.