Le hacker Algérien Hamza Bendelladj enfin jugé.png

Le jeune hacker algérien, Hamza Bendelladj, qui avait créé une polémique les mois passés, connait enfin son jugement. En effet, le quotidien algérien « le Soir d’Algérie » a réussi à obtenir une copie de l’arrêt de renvoi émis par la cour du district de Georgie, ce dernier indique que Hamza Bendelladj ainsi que son complice, le russe Alexandre Panin se sont rendus coupables de plusieurs violations graves des lois américaines.

Hamza-Bendelladj-566x336

Le mois dernier, l’affaire de Hamza avait créé un grand mouvement de solidarité auprès des Algériens qui craignaient de voir la peine de mort s’appliquer sur le jeune homme, ceci avait même incité l’ambassadrice des Etats-Unis en Algérie à réagir et annoncer que les crimes informatiques ne sont pas des crimes capitaux et ne sont pas punis par la peine de mort.

Même si Hamza ne risque pas la peine de mort, son jugement est assez « lourd », en effet, la cour de Georgie l’accuse, ainsi que son partenaire russe, de violation de l’article 18 du code américain qui fait que les coupables sont ainsi poursuivis pour extorsion frauduleuse de fonds, atteinte à des institutions financières et à des individus et manipulation à travers le désormais célèbre Spyeye décrit comme un cheval de Troie malicieux et considéré par les experts comme étant une véritable «boîte à outils de logiciels malveillants prêts à l’emploi, utilisé par les cybercriminels de 2009 à ce jour et ayant compromis plus de 10 000 comptes bancaires par des infections en 2013 uniquement».

Ainsi, les deux inculpés encourent 30 années de prison ferme. Pour rappel, le célèbre hacker de 24 ans était bien recherché par le FBI depuis 2011 pour avoir amassé 10 millions de dollars provenant de plusieurs banques américaines. Il a été arrêté lundi 7 janvier 2013 à Bangkok, où il a été surnommé le « hacker riant » en raison du sourire qu’il arborait lors de son arrestation. Le chef de la police de l’immigration, Phanu Kerdlabphol, avait également annoncé ce jour-là à la presse ce que Hamza Bendelladj comptait faire de cet argent : « Quand on lui a demandé ce qu’il avait fait avec l’argent, il a dit qu’il l’avait dépensé pour voyager, et pour une vie de luxe comme voler en première classe et séjourner dans des palaces ».

Pensez-vous que la loi américaine a été injuste avec Hamza ? 

PARTAGER
Passionnée par l'univers Open-source/ High Tech depuis mon plus jeune âge, je veille à partager toutes les nouveautés du système "vert".