Le fondateur du web Tim Berners-Lee affirme sa déception de ce qu’est devenue sa création ces dernières années lors d’une interview avec le magazine Vanity Fair.

Tim Berners-Lee se focalise notamment sur réseaux sociaux qui à son avis véhiculent des messages de haine, et a signalé par la même occasion l’emprise des géants du net, comme Google ou Facebook.

Le fondateur du web déclare qu’après 30 ans de la création du web, il redoute l’avenir de ce dernier déclarant « le Web était censé servir l’humanité, mais c’est un échec sur de nombreux points ».

Il fait également rappeler les événements Camridge Analytica entre les lignes en interrogeant : « Sommes-nous sûrs que le reste du monde veuille réellement avoir accès à Internet, tel qu’il est aujourd’hui, synonyme de surveillance et d’abus en tous genres, avec des internautes pris en otages du bon vouloir d’une poignée d’acteurs qui contrôlent tout »

Tim Berners-Lee nous donne enfin un peu d’espoir concernant l’avenir en ajoutant : « Les problèmes que doit affronter le Web sont complexes et immenses, mais il faut que nous regardions cela comme s’il s’agissait de simples bugs. Les problèmes et erreurs créés par les hommes peuvent être réparés par les hommes, avec de la bonne volonté ». Poursuivant :« Il faut juste savoir s’interposer quand les choses vont trop loin. Si les gens pensent que les dérives du Web sont trop graves,  je les encourage à descendre dans la rue avec des pancartes »

Il est à savoir qu’en fin 2017 Tim Berners-Lee a déclaré : « Il faut juste savoir s’interposer quand les choses vont trop loin. Si les gens pensent que les dérives du Web sont trop graves,  je les encourage à descendre dans la rue avec des pancartes ». En l’espace de quelques mois seulement, son discours est devenu un peu plus pissimiste.