Fier d’annoncer les fonctionnalités de son application de réservation de taxis, l’expérimenté Abdelkader Yousfi s’est exprimé a Android-dz dans une interview exclusive.

Le créateur de l’application Bind Cab revient sur la montée en puissance des applications de VTC en Algérie, il a ainsi parlé du monde des startups et de l’avenir du high-tech dans le pays.

  • Pouvez-vous présenter la startup Bind Technologies aux Algériens ?

Bind technologies est une nouvelle entreprise algérienne qui a deux bureaux à Alger et un autre aux Emirats Arabes Unis. Notre objectif principal est d’apporter les dernières technologies à la société algérienne en leur rendant la vie plus simple que jamais. Nous visons à numériser et combler toutes les lacunes au sein de la société.

  • Votre produit est l’application VTC Bind Cab, quelle est la valeur ajoutée qu’elle apporte par rapport aux applications concurrentes ?

Bind joue différemment et propose différents types de véhicules, tels que les véhicules familiaux pour les personnes désirant aller à l’aéroport par exemple ou à tout autre endroit; nous avons le choix VIP aussi, qui sont dédiés aux personnes qui veulent des véhicules de luxe, ainsi que d’autres fonctionnalités très attractives qui vont venir bientôt Inchalah.

  • Vous avez dit qu’il s’agit de l’application VTC la plus avancée du marché, pouvez-vous nous expliquer ce point ?

Oui en effet, car elle a une interface et une expérience utilisateur très simples qui n’est pas facile à faire !

Vous pouvez aussi demander un trajet même si vous ne le trouvez pas sur la carte. D’un autre côté, les femmes ont la possibilité de demander des chauffeurs femmes plutôt que des hommes si elles le désirent.

Nous avons aussi une flexibilité pour choisir entre différents types de voitures comme indiquée précédemment tel que « Standard » qui est le plus économique, puis « Famille » et enfin le « VIP ». Beaucoup plus de types de véhicules viendraient dans un avenir proche.

  • Il n’existe actuellement aucune plateforme VTC en Algérie qui couvre tout le territoire national, qu’en est-il de la couverture géographique de Bind Cab ?

Actuellement, nous couvrons Alger et bientôt nous irons à Oran et beaucoup plus de grandes villes. Nous avons un plan d’expansion agressive à court terme.

  • Que faut-il faire pour devenir chauffeur de Bind Cab, et quels sont les revenus potentiels d’un chauffeur ?

Pour être chauffeur, il suffit de remplir le formulaire sur notre site Web www.bindcab.com/fr/home et de préparer les documents suivants avant de visiter notre bureau ou appeler le 0771497453 pour plus de détails: Casier judiciaire – permis de conduire – carte grise – assurance – fiche de contrôle technique – photos.

Le potentiel de gain de chaque chauffeur dépend de son temps de travail mais sûrement, il gagnera un gain très considérable en travaillant pour soi-même, sans patron, sans bureau et sans pointage !

  • Avez-vous votre propre flotte de véhicules ?

Non, on n’a pas de flotte de véhicules. On travaille avec nos chauffeurs partenaires en tout professionnalisme.

  • Qu’avez-vous prévu pour diminuer les éventuelles fausses commandes de certains clients ?

Nous demandons surtout à nos chauffeurs d’appeler le client chaque fois qu’il fait la demande afin de s’assurer qu’il n’a pas fait cela par erreur, mais nous encourageons les clients à éviter de faire des demandes au cas où ils n’ont pas besoin de se déplacer.

  • Qu’en est-il de l’e-payement ? Allez-vous l’introduire ?

Nous sommes prêts à le faire si le gouvernement est prêt.

  • Les prix du VTC en Algérie, et des taxis en général restent assez chers, avez-vous prévu quelque chose pour diminuer le prix ?

Bien sûr, notre type de voiture « standard » a pour but de proposer des prix raisonnables et très compétitifs, nous visons toujours à réduire le prix autant que possible afin d’assurer un CHAUFFEUR pour chaque CLIENT !

  • Le marché du VTC algérien s’apprête à accueillir des concurrents étrangers (tels que Careem), quel impact peut avoir une avancée pareille sur vous ?

La concurrence fait partie du business et est même bien pour les clients afin d’avoir un rapport qualité-prix très attractif ; nous encourageons le gouvernement à assurer la protection des petites et moyennes entreprises algériennes car c’est les TPE/PME qui renforcent l’économie algérienne et non les grandes entreprises.

  • Le VTC vient en force en Algérie, quel est le plus grand défi pour ce domaine ?

Le domaine a besoin de véritables règles et lois pour protéger ce type d’entreprises afin d’éviter leur dissoutes au future. De notre côté, nous devons contrôler et guider plus nos chauffeurs surtout en comment traiter nos clients.

  • Que pensez-vous du monde des start up en Algérie ?

Heureux de voir tout ce nombre de startups en Algérie, mais il faut aussi signaler que ces entreprises souffrent vraiment financièrement en l’absence des sérieuses entreprises de financement (capital risque) qui investissent dans le domaine du high-tech. Il faut avoir de nombreuses sociétés pour aider les TPE/PME à lever leur fond en assurant un WIN-WIN business. Le gouvernement doit également aider et protéger ces startups des géants étrangers et leur donner toutes les facilités pour qu’ils réussissent.

  • Quel est votre conseil pour les jeunes algériens qui veulent lancer leurs propres start ups ?

Ils doivent être courageux et démarrer leurs propres business tant qu’ils y croient. Ils ne doivent pas avoir peur de l’échec, car ce dernier fait partie de notre vie ! s’Ils veulent réussir, ils doivent commencer petit, y croire et surtout ne jamais abandonner !

  • Un dernier mot ?

Nous sommes très fiers de faire partie d’un tel programme de numérisation global Algérien dirigé par le gouvernement d’abord et toutes les autres entreprises sur le marché. Cela rend le marché plus dynamique et plein de défis.