Lors de sa réunion avec les membres de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT), la Ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la Communication, Imen Houda Feraoun a déclaré que l’ARPT doit être le pivot du développement du secteur de la Poste et des TIC, affirmant que c’est l’instrument de l’Etat pour instaurer la concurrence.  

Iman Houda Feraoun

« L’Arpt doit être le pivot du développement du secteur de la Poste et des TIC, c’est l’instrument de l’Etat pour instaurer la concurrence d’abord, ensuite pour veiller à ce qu’elle soit loyale et transparente en protégeant le marché des PTIC contre les mauvaises pratiques », a-t-elle déclaré la Ministre des Postes et TIC dans un communiqué du ministère.  Elle a, par ailleurs, exhorté les membres du Conseil à communiquer davantage sur les activités de l’autorité relevant que « L’ARPT est méconnue, voir mal connue des usagers », a-t-on précisé. Madame Imen Feraoun a également salué l’initiative de l’ARPT d’avoir consacré un espace web pour la réception des doléances du public, seules en mesure d’orienter ses actions vis-à-vis des opérateurs.

Entre autres, les deux parties ont passé en revue divers dossiers relatifs au secteur de la Poste et des TIC notamment la portabilité des numéros, occasion où la ministre a appelé les cadres de l’autorité à se pencher sur cette question, « Cette option vise à promouvoir la concurrence en poussant les opérateurs à plus d’effort pour fidéliser leurs clients et encouragerait, par conséquent, l’amélioration de la qualité de service », a-t-elle argumenté.

Sur un autre registre, la ministre a appelé l’ARPT à répondre aux doléances des ISP en leur attribuant les fréquences demandées tout en se réservant le droit de reprendre ces dernières dans un délai « raisonnable dans le cas où elles ne seraient pas exploitées, parce que les fréquences constituent une ressource rare qu’il faut préserver », a-t-elle souligné.

Concernant la couverture du territoire par les réseaux de téléphonie mobile, la ministre s’est interrogée sur la certification accordée par l’ARPT aux différents opérateurs. Elle a déclaré avoir constaté lors de ses différentes visites d’inspection « l’inexistence de couverture dans plusieurs localités ou axes routiers où les opérateurs affichent pourtant un taux de couverture élevé et certifié par l’Autorité », « Les chiffre affichés par l’ARPT devraient concerner le taux de couverture réel et non celui relatif aux obligations du cahier des charges, afin de ne pas illusionner le consommateur », a-t-elle relevé. Elle a appelé à « plus de rigueur dans les enquêtes de certification de taux de couverture, et surtout la communication au public des résultats à chaque opération ».

L’autre interrogation de la première responsable du secteur a porté sur les retards enregistrés dans l’approbation des catalogues d’interconnexion. A ce sujet, Mme Faraoun a demandé à l’Autorité de revoir les dates d’approbation des catalogues et de leur mise en vigueur en supprimant l’effet rétroactif, « injuste pour les actions commerciales et d’investissement pour les opérateurs ». Sur le même sujet, le président du Conseil a assuré la disposition de l’Autorité à recevoir et répondre aux recours des opérateurs, dans un cadre de concertation et « un souci d’équité ».

Concernant les services d’Algérie Poste, Madame Imen Houda Feraoun a également exigé que l’opérateur public Algérie Poste soit contrôlé au même titre que les opérateurs privés DHL, UPS, TNT et FEDEX, « quand bien même il est le seul à offrir du service public ».