Les chipsets sont l’un des projets les plus ambitieux chez Huawei. À l’occasion d’une conférence organisée en Chine, Richard Yu a dévoilé que l’un des prochains Kirin intègrera directement un coprocesseur dédié à l’intelligence artificielle.

Aujourd’hui, la plupart des chipsets intègrent principalement trois composants : des coeurs applicatifs, un processeur graphique (généralement multi-core), associé à toute la partie média (codecs, affichage, photo) et un modem multiusage (Bluetooth, WiFi, GSM, GPS). Parce que définir ainsi les SoC serait très limitatif, notons aussi la présence de la mémoire cache pour fluidifier les flux de données, ou encore des éléments de sécurité pour crypter les informations, notamment personnelles (biométrie ou bancaire par exemple).

Cette année, l’intelligence artificielle devrait se voir offrir une place de choix dans les chipsets. Nous n’en attendons pas moins de Qualcomm, MediaTek, Apple ou Samsung. L’un de ceux qui ont pris ce chemin est Huawei. À l’occasion d’une conférence qui s’est tenue la semaine dernière en Chine et dont DigiTimes rapporte un compte rendu (relayé par PhoneArena), Richard Yu, le patron de la branche grand public de Huawei, a précisé certains objectifs que souhaite tenir HiSilicon, sa division dédiée aux processeurs.

Tout d’abord, concernant l’intelligence artificielle, cette technologie sera intégrée directement dans les Kirin d’ici la fin de l’année (avec une intégration dans un smartphone d’ici le début d’année prochaine certainement).

La seconde information de cette intervention est que ce projet ne concerne pas le Kirin 970 qui arrivera dans un premier temps et qui équipera surement le Mate 10. En revanche le Kirin 970 profitera d’une autre nouveauté qui est un processeur complètement dédié à la sécurité et la protection des données.

Petite information supplémentaire, Huawei aurait signé des accords avec les groupes BMW et Volkswagen (Audi, Porsche) pour permettre d’ouvrir et démarrer une voiture à partir d’un mobile.