Dans une intervention sur une émission sur la chaine Radio nationale 1, la ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication a démenti les résultats des classements et des pseudos études  qu’on trouve sur internet.

Madame la ministre a déclaré que les ces classements qu’on retrouve sur internet ne se basent pas sur des critères clairs ou logiques pour juger la qualité des services internet dans les différents pays.

Elle s’est questionné sur la qualité des labos qui faisaient ces recherches et sur leurs méthodes et la manière de laquelle ils récoltent les statistiques. Une manière de montrer encore une fois, l’absurdité des classements.

La ministre a tenu à clarifier que le but premier d’Algérie Télécom est de démocratiser l’accès à internet dans toutes les régions du pays, qu’elles soient urbaines ou rurales ce qui est peut-être un peu la cause des turbulences que subit le réseau de l’opérateur national.

Avant de rappeler qu’Algérie Télécom ne visait pas les bénéfices comme feraient les sociétés privées et les multinationales, la ministre a rappelé que le projet de modernisation des réseaux de l’opérateur est encore en cours et que les problèmes que subissent les clients devraient peu à peu disparaitre.

 

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.