Annoncé comme étant l’arme fatale de Huawei contre le ban américain contre la compagnie chinoise, HongMeng Os n’a finalement été qu’un coup de com’ tactique pour appuyer les propos de Google lors de sa plaidoirie en faveur de Huawei devant la commission d’enquête chargée de décider de la levée ou pas du ban.

C’est durant une table ronde qui a eu lieu à Bruxelles, que Catherine Chen, vice-présidente de Huawei a déclaré que HongMeng OS n’a jamais prétendu remplacer Android comme système d’exploitation mainstream sur les smartphones de la marque, et qu’il sera réservé uniquement à usage industriel, mais surtout, que sont développement a été mis en place des années avant le ban, et qu’il n’a donc aucun rapport avec ce dernier.

Pour rappel, durant le mois qu’avait duré le bannissement de Huawei par l’administration américaine, beaucoup de rumeurs -dont certaines viennent de sources internes- avait circulé annonçant l’arrivée très prochaine d’un nouveau système d’exploitation 100% chinois, +40% plus rapide qu’Android et qui remplacera ce dernier petit à petit sur les smartphones des marques Huawei et Honor.

Donnez nous votre avis :