Comme les trois leaders mondiaux de la téléphonie, Google semble vouloir produire ses propres chipsets. Une idée qui ne date pas d’hier, mais qui vient de prendre un tournant plus concret avec l’embauche de l’un des architectes de la gamme de SoC Ax d’Apple.

Cette stratégie, tous les grands fabricants rêvent de l’adopter pour différentes raisons (et toutes en même temps), aussi bien techniques, économiques ou commerciales. En outre, cela permet d’être moins dépendant du fondeur (MediaTek, Spreadtrum ou Qualcomm). Mais rares sont les sociétés qui pérennisent ce développement couteux. Huawei, Apple et Samsung y parviennent grâce aux volumes de vente. LG et Xiaomi, par exemple, n’ont, pour l’instant intégrer leurs propres chipsets que dans un seul modèle respectif.

Cette embauche est intéressante pour trois raisons. D’abord, cela montre que Google n’en est plus à l’étape de la réflexion, mais de l’action (d’autant que la firme souhaiterait ardemment augmenter considérablement la puissance des Pixel pour ses besoins en intelligence artificielle et en réalité virtuelle). Il est clair que les vrais travaux n’ont pas encore concrètement commencé.

Mais ils devraient l’être incessamment sous peu, dès que l’équipe sera majoritairement constituée. Reste à savoir si Google choisira le chemin d’Apple, de Huawei ou de Samsung dans la conception de ces chipsets.

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.