Un nouveau fonds national pour financer les startups sans dette !

Le ministère délégué chargé des Startups, Monsieurs Yacine Oualid, vient d’annoncer la mise en place d’un nouveau mécanisme de financement des startups en Algérie. Dans les faits, il s’agit d’un fonds national d’investissement dédié au secteur, avec un accent mis sur le respect du côté religieux de la transaction.

Durant une brève intervention donnée à la chaine télévisée El Bilad, le ministre-délégué a tenu à expliquer les lignes générales d’un nouveau mode de financement des startups, qui diffère de ceux déjà en place comme l’ANSEJ et le CNAC. La particularité de ce dernier est qu’il exigera à l’investisseur d’accepter l’état comme actionnaire au sein de l’entreprise, avec une potentielle entrée à la bourse d’Alger.

Du financement sans dette

Ce nouveau projet de fonds d’investissement qui sera lancé dans les prochaines semaines, se donne ainsi une double mission, celle d’apporter les finances nécessaires aux jeunes porteurs de projets novateurs sans faire recours à la dette, tout en donnant un potentiel second souffle à la bourse d’Alger, en y intégrant des entreprises (technologiques pour la plupart) à fort potentiel de croissance sur les court et moyen termes.

Pour rappel, l’état avait mis en place y a quelques semaines un cadre juridique spécial startups, en créant un nouveau registre de commerce temporaire d’une durée de validité de 6 mois. Un statut spécial qui a le mérite de prendre en considération le très haut taux d’échec des startups, en leur épargnant bureaucratie nécessaire pour la création d’un registre de commerce classique.