Dans un rapport, publié par Facebook la semaine passée on apprend que les gouvernements lui demanderaient de plus en plus de transmettre des informations sur certains utilisateurs.

Si Facebook ne peut divulguer les informations complètes et révéler quel genre de données intéresse le plus les gouvernements, nous constatons que le nombre de demandes enregistrées n’a de cesse d’augmenter. Sur les six premiers mois de l’année 2017, 78 890 demandes ont ainsi été recensée.

Le gouvernement qui réalise le plus de demandes auprès de Facebook n’est autre que celui des États-Unis, qui compte pour 41 % du total des requêtes à lui seul. Suivent les gouvernements indien, britannique, allemand et français, représentant respectivement 12, 9, 7 et 6 % des demandes.

On a pas réussi à trouver des informations sur les requêtes faites par le gouvernement Algérien mais on serait pas étonné de savoir qu’il fasse partie de cette liste.

Avant de commencer à crier à la violation des droits et des libertés, on vous rappelle que la plupart du temps ces demandes entrent dans le cadre d’affaires de police telles que des meurtres, des vols ou l’usurpation d’identité. Dans les cas les plus extrêmes, ça pourrait être lié à des affaires de terrorisme.

Ce rapport vient donc aussi rappeler aux utilisateurs que la notion d’anonymat en ligne n’est qu’une illusion et créer un nouveau profile Facebook qui ne porte pas votre nom pour dire ou faire des choses anonymement ne sert absolument à rien.

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.