L’actuel ministre des Finances, Mr Abderrahmane Raouya, a incité jeudi dernier, lors d’une séance de questions orales au conseil de la nation, les vendeurs présents sur plateformes de e-commerce à l’instar de Ouedkniss, Jumia et Facebook, à obtenir un NIF (numéro d’identification fiscale), et un registre de commerce afin de légaliser leur business, et permettre une meilleure transparence vis-à-vis du client.

Le ministre affirme qu’une telle démarche permettra le recensement du nombre de vendeurs exerçant cette activité, en plus de toute la protection sociale que l’inscription au registre de commerce offre aux commerçants. L’emploi de factures quant à lui permettra une meilleure traçabilité des transactions, et une transparence qui ne peuvent que profiter au client.

Mr Raouya finit par affirmer tout de même que cette activité ne réalise pas encore de grands chiffres d’affaires, -et donc reste relativement plus transparente que d’autres activités-, ce qui facilitera à l’avenir son contrôle par les agents de la direction du commerce.

A lire aussi

Donnez nous votre avis :