Forever, Forever SE et PRO : Quelles différences ?

Le server chinois Forever, très utilisé sur les démodulateurs de la marque Géant, est l’un des plus performants actuellement disponible sur le marché. Mais ce que beaucoup de gens ignorent, c’est qu’il en existe trois ‘saveurs’, ce qui explique la différence de prix entre chacun d’eux.

Les trois servers :

Forever SE 

Le SE est ce qui pourrait s’apparenter à de l’entrée de gamme en matière de servers de décodage satellites. On le retrouve souvent sur des ‘mini’ démodulateurs dont le prix dépasse rarement les 4000 DA. Il permet néanmoins d’accéder aux principaux bouquets ainsi que ceux qui fonctionnent avec un système hybride comme OSN.

Certains considèrent d’ailleurs que le Forever SE n’est qu’un autre nom (rebranding) du Funcam, tout les deux propriétés de la même société chinoise dont les appareils sont fortement commercialisés en Algérie.

Forever (classique)

Plus stable que le premier, et dirigé vers des démos de gamme moyenne, le forever permet de décoder toutes les chaines comprises dans le Forever SE de plus certains bouquets comme le Cosmote grecque.

Forever PRO

Le plus stable des trois, le Forever Pro présente aussi un certain degré de sécurité et permet d’avoir accès à un certain nombre de chaines en UHD 4K. On le retrouve par exemple sur l’excellent Allure OTT 750 4K.

Quelles ‘réelles différences ?

Pour les utilisateurs moyens, qui ne veulent que regarder des matchs de championnats européens sur Nilesat ou Astra, le Forever SE peut être suffisant, quoiqu’il lui arrive de s’arrêter lors de matchs importants.

L’idéal reste donc le Forever ‘classique’ qui est ce qu’on pourrait appeler le meilleur rapport stabilité/prix des serveurs de sa gamme.

Quant au Pro, il n’est conseillé qu’aux personnes voulant profiter d’un visionnage de leurs chaines préférées en 4K, pourvu que ces dernières proposent cette haute résolution.

Important : L’utilisation des serveurs de décodage est illégale et provoque beaucoup de dommages aux entreprises détentrices des droits de retransmission.

Prix Algerie