Depuis Vendredi dernier, de nombreuses plusieurs rumeurs ont circulé concernant le jeune hacker algérien Hamza Bendelladj. Ce dernier avait été arrêté par l’interpole en 2013, en Thaïlande, pour avoir piraté  plusieurs banques. En effet plusieurs médias avaient rapporté la condamnation à mort de l’hacker algérien par un tribunal américain, hors cette information a été démentie officiellement par l’ambassadrice des Etats-Unis d’Amérique à Alger, Madame Joan Polaschik.

C’est via son compte Twitter que Madame Joan polaschik a démenti cette information. Elle a déclaré qu’en aucun cas le hacker Algérien ne pourrait être condamné à la peine de mort. “Hamza Bendelladj a plaidé coupable le 26 juin pour avoir développé, distribué, et contrôlé SpyEye un Cheval de Troie bancaire malicieux. Le verdict aura lieu après quelques mois. Les crimes informatiques ne sont pas des crimes capitaux et ne sont pas punis par la peine de mort”, a indiqué Madame l’ambassadrice.

ambassadrice-USA-pirate-dz-2-273x300

Ambassadrice-USA-pirate-dz

Pour rappel, le célèbre hacker de 24 ans était bien recherché par le FBI depuis l’âge de 20 ans pour avoir amassé 10 millions de dollars provenant de plusieurs banques américaines. Mais malgré la rumeur qui circule, il n’avait pas pour but de dépenser cette somme à des fins humanitaires mais bien personnelles. Arrêté lundi 7 janvier 2013 à Bangkok, il a été surnommé le « hacker riant » en raison du sourire qu’il arborait lors de son arrestation. Le chef de la police de l’immigration, Phanu Kerdlabphol, avait également annoncé ce jour-là à la presse ce que Hamza Bendelladj comptait faire de cet argent : « Quand on lui a demandé ce qu’il avait fait avec l’argent, il a dit qu’il l’avait dépensé pour voyager, et pour une vie de luxe comme voler en première classe et séjourner dans des palaces ».

 

PARTAGER
Passionnée par l'univers Open-source/ High Tech depuis mon plus jeune âge, je veille à partager toutes les nouveautés du système "vert".