Des smartphones Nokia 7 Plus ont transmis pendant plusieurs mois des données personnelles à destination d’un serveur situé en Chine.

Les informations envoyées vers la Chine comprenaient la géolocalisation, le numéro de série du téléphone, le numéro de la carte SIM et l’adresse IP.

Ces informations étaient acheminées chaque fois que l’écran du smartphone était allumé ou déverrouillé, ainsi qu’à chaque démarrage de l’appareil. Cela permettait à quiconque ayant accès aux données de suivre les déplacements d’un utilisateur.

D’après une enquête du diffuseur public norvégien, ces données ont été transmises de mars 2018, période où le téléphone a été lancé, jusqu’au mois de février 2019.

C’est une affaire à suivre !

Suite à cette polémique, l’agence de protection des données personnelles finlandaise a décidé d’ouvrir une enquête afin de vérifier si les smartphones Nokia contreviennent ou non aux lois en rigueur. HMD Global (le fabricant des smartphones vendus sous la marque Nokia) clame quant à lui qu’il y a eu une erreur sur le déploiement de son logiciel.

Donnez nous votre avis :