Dans un entretien avec l’Agence de Presse Algérienne, la ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication Houda-Imane Faraoun s’est exprimé au sujet des récents blocages qu’ont subis certains sites internet.

maxresdefault (7)

Suivant la décision radicale qui a été prise avant les examens du baccalauréat, et qui a suscité la colère des utilisateurs des sites web qui ont été bloqué, la ministre est allée, dans un entretien donné à l’APS, donner des explications.

La ministre a affirmé que le but de ses mesures était la protection des candidats au BAC : « Dans l’objectif de protéger nos candidats au Baccalauréat contre les tentatives de déstabilisation via de faux sujets et des rumeurs malveillantes…nous avons procédé,à la restriction de l’accès aux principaux réseaux sociaux pendant des horaires limités liés à ces examens. Il faut dire que ces mesures ont permis l’avortement, de tentatives criminelles et qui visaient à mettre en péril le devenir des milliers de candidats au baccalauréat.« 

Elle a continué en affirmant qu’elle comprenait le désagrément que ce blocage a pu causer chez les internautes algériens, mais vu l’importance d’un tel examen il était indispensable de prendre cette mesure : « Je comprends parfaitement qu’être privé des réseaux sociaux pendant quelques heures soit une source de désagrément, notamment dans une société dynamique composée d’une majorité de jeunes portés sur les TIC… mais je pense que le devenir de nos enfants et concitoyens candidats au BAC, nous oblige à faire le sacrifice et à céder un peu de notre bien-être personnel pour contribuer au bon devenir de toute la société. »

Enfin, concernant le VPN et son utilisation, elle a mis en garde les tricheurs au baccalauréat qui seront coincés entrains d’utilisés ces outils en disant qu’ils seront sévèrement punis, elle aussi porté l’attention sur les dangers que peut représenter l’utilisation de ce genre d’outil et de sa désolation en voyant certains médias pousser les jeunes à les utiliser.