Le représentant du procureur de la république au tribunal de Collo à Skikda vient d’assigner
des peines de prison ferme de 5 et 7 ans à l’encontre de la principale personne
responsable dans l’élaboration de cette énorme arnaque, ainsi qu’à son associé
jordanien qui se trouve actuellement à l’étranger

Les détails de l’affaire

L’affaire remonte aux années 2016-2017 où les deux compères avaient monté
une arnaque pyramidale du type Ponzi, promettant à leurs investisseurs jusqu’à
300% de bénéfice sur les sommes d’argent déposées dans leur « banque ».
L’Arab Gold Bank, qu’on a vendu comme étant un fonds d’investissement
international en Forex (marché des devises) et en pétrole, n’est ni n’est une
entreprise financière, ni même une banque. En effet, ce n’était qu’un site web
qui a pu se faire bonne réputation en payant bien ses souscripteurs au départ.

Quelques mois après l’explosion de la popularité de ce site web sur les
réseaux sociaux, des « investisseurs » ont commencé à refluer des de
plusieurs régions du pays. Après l’écroulement du système, on a d’ailleurs
constaté que la plupart des plaignants étaient originaires des wilayas d’Alger,
Skikda, Annaba, Constantine et Batna.

Le fonctionnement de la pyramide

En pratique, l’arnaque fonctionnait selon un système de Ponzi classique, le
responsable algérien prenait une partie de l’argent récolté, le convertissait
en devise et l’envoyait via Western Union à son associé qui se trouvait à l’époque
en Arabie Saoudite. L’autre partie de l’argent servait à payer les
investisseurs les plus anciens, dont le délai est arrivé à l’échéance. Mais là
non plus, l’arnaqueur n’avait pas de soucis à se faire, car ces derniers réinvestissaient
souvent leur argent dans le système.

Et comme toute arnaque bien ficelée, les personnes ayant investi leur argent
ne se sont pas rendu compte de l’aspect frauduleux du système, et ont assisté,
du jour au lendemain, à la disparition de la page Facebook de la banque, et du
site web peu temps après. Le responsable ne répondant plus au téléphone, des
plaintes ont commencé à être déposées à son encontre dès la fin de l’année 2017.

Charles Ponzi

Idem pour le MLM

En cherchant des offres emploi sur les réseaux sociaux, les internautes
algériens tombent souvent sur ce genre d’arnaques. Maintenant déguisé en MLM
(Multi Level Marketing), le principe de ces montages frauduleux reste toujours
le même. Même Ponzi à son époque dans les années 1920 avait maquillé sa fraude
en utilisant des timbres postaux internationaux. Il faut donc faire très
attention, n’accepter le paiement d’aucuns frais en échange d’un job, et
surtout se méfier des offres d’investissement très alléchantes. Car quand c’est
trop beau pour être vrai, c’est souvent parce que ce n’est justement pas vrai.

Donnez nous votre avis :