Temps de lecture : < 1 minute

Après s’être vu refuser sa dernière demande de lettre de crédit chez la Banque Extérieur d’Algérie, ainsi que des interpellations restées sans réponse de la part du ministère de tutelle, l’Entreprise National des industries de l’électroménager ou ENIEM, créée en 1981, a dû cesser la production pour manque chronique de financement.

De ce fait, à partir du dimanche 02 février 2020, tous les travailleurs seront renvoyés au chômage technique jusqu’au mois de mars 2020. Une décision prise par le conseil de direction élargi aux membres du bureau du CP qui s’était réuni le 27 janvier passé, et qui semble en manque de solutions concrètes, du moins à l’heure qu’il est.

Ainsi, en l’espace de 6 mois, c’est la deuxième fois que les quelque 1800 employés de l’entreprise devront chômer, laissant ainsi planer le doute sur un potentiel arrêt définitif de la production et donc fermeture de l’usine qui reste l’un des plus grands employeurs de la wilaya de Tizi Ouzou.

Dans le cas contraire, le PDG de la firme a promis une diversification de la gamme des produits qui sortent de ses locaux, pourvu que le rééchelonnement des dettes et le déblocage de l’importation soit accepté par la direction de la BEA.

Pour rappel, bon nombre d’entreprises algériennes activant dans l’électronique et l’électroménager risquent la cessation de production, à l’instar de Condor Electronics (détails ici).

Résultat de recherche d'images pour "ENIEM"

A LIRE AUSSI