Le 4 Octobre passé, le paiement élécronique a été officiellement lancé en Algérie avec 11 banques et 9 entreprises proposant ce service mais cette nouvelle technologie qui se faisait beaucoup attendre ne s’arrêtera pas là mais sera progressivement généralisée au fur et à mesure que d’autres entreprises vont y adhérer.

Pour l’instant le nouveau service n’est offert que par des entreprises bien établies dont quelques banques nationales et privées ainsi que les 3 opérateurs téléphoniques mobiles, Algérie Télécom, Air Algérie, SEAAL.. etc.

Le ministre délégué chargé de l’Économie numérique et de la Modernisation des systèmes financiers, Mouatassem Boudiaf, a lui précisé que les services de son département avaient mis en place «des canaux d’interaction en vue d’instaurer la confiance dans l’usage de la carte de paiement électronique».

Ces canaux d’interaction sont en fait des portails web devant permettre aux clients de commander leurs cartes et mots de passe, de situer les terminaux de paiement, les DAB (distributeurs automatiques de billets) et les cybers marchands concernés, et d’expliquer les règles d’un bon usage sécurisé des cartes de paiement électronique.

D’après ce qu’on a compris, les cartes permettant d’effectuer des achats ou autres transactions en ligne sont les cartes CIB (cartes inter-bancaires), car les cartes d’Algérie Poste ne sont pas encore concerné par l’opération et devront attendre leur intégation.

Un contrat a été signé entre Algérie Télécom et Mobilis pour l’installation de terminaux de paiements éléctroniques au niveau des agences de l’opérateur mobile. Une opération qui commencera par huit agences et sera généralisée sur les 170 restantes.

PARTAGER
22 ans, Rédacteur web et ingénieur en éléctonique des systèmes embarqués. Passioné du monde des smartphones et des nouvelles technologie, adore les livres, la musique et le basket-ball.