Houda Imane Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, a annoncé dimanche que Algérie Télécom allait disparaitre et faire place à un autre type de société.

Le Conseil des participations de l’Etat (CPE) a donc entériné la décision de création d’une nouvelle entité « appelée le Groupe Télécom Algérie (GTA) qui se chargera de piloter les trois entreprises publiques AT (téléphonie fixe), ATM (Mobilis) et Algérie Télécom Satellite (ATS) », a indiqué Mme Faraoun à la Radio nationale.

Elle a expliqué qu' »à l’instar des grands groupes dans le monde, le Groupe Télécom Algérie disposera de tous les moyens de l’Etat en matière de télécommunications », ajoutant que l’Etat cédera AT, ATM et ATS à ce groupe qui « qui va assurer le management économique, financier et la planification », a-t-elle noté.

Il aura également pour mission de « mutualiser certains métiers notamment la communication, la valorisation de la ressource humaine, les plans de développement et les achats » de ces trois entités qui s’élèvent à des millions de dollars par an, a-t-elle expliqué.

Elle a tenu à rassurer, à cette occasion, l’ensemble des travailleurs d’AT, ATM et ATS « que rien ne changera » au niveau des trois filiales qui continueront à fonctionner comme par le passé.

Pour faire bref, dorénavant, tout sera comme avant.