Algérie Télécom compte abandonner l’ADSL

Il semblerait qu’Algérie Télécom veuille complètement abandonner la technologie de l’ADSL qui a apporté internet aux Algériens pendant près de 20 ans. Devenue dépassée, car ne pouvant proposer des débits qu’on pourrait qualifier de ‘hauts’.


Ainsi, de nouvelles solutions s’imposent afin de réduire le gap technologique entre l’Algérie et le reste du monde et ainsi relancer certains secteurs restés à la traine comme le e-commerce ou la numérisation de l’économie en général. Première piste, celle du FTTH que l’unique fournisseur d’accès internet a déjà entamé déployant ainsi un réseau 100% fibre optique jusqu’au domicile du client.

Dans de nombreuses wilayas du pays, notamment dans les chefs-lieux, Algérie Télécom a tout simplement cessé d’octroyer des abonnements IDOOM ADSL aux nouveaux demandeurs, les reliant directement à l’offre IDOOM Fibre qui combine les deux abonnements FIXE + FTTH.

Autre indice qui semblerait confirmer tout cela, c’est le retrait pur et simple de la section ‘offres ADSL’ sur le site web officiel de l’entreprise, où il ne subsiste plus que l’offre IDOOM Fibre aux côtés des autres services comme le fixe ou la 4G LTE, qui elle semble la solution d’Algérie Télécom pour les endroits isolés où la mise en place d’une liaison physique en fibre optique reste à l’instant économiquement peu rentable.

services idoom fibre algerie telecom
L’offre Idoom ADSL n’est plus disponible sur le site d’AT

Rappelons aussi qu’il y a quelques mois, Mobilis, filiale du Groupe Télécom Algérie, avait procédé à des essais de la 4.5G à Oran à l’aide d’ingénieurs chinois du géant Huawei, ce qui pourrait aussi devenir une solution viable pour permettre aux Algériens de se connecter à internet via des débits respectables, de l’ordre de ce qui se fait dans le monde.

A lire aussi

About the Author

Diplômé en sciences fondamentales avec une assez large expérience dans les domaine de la High-Tech, Startup et de la culture geek en général.
Mission : étoffer le contenu algérien d'expression francophone.

Laisser un commentaire