Installé officiellement le mois dernier, l’Organe de surveillance de l’internet avait suscité une polémique auprès des internautes Algériens qui avaient dénoncé cet acte et l’avaient qualifié comme une violation de la vie privée.  A ce propos, le procureur général et conseiller au ministère de la Justice, Abdelkrim Djadi, a rassuré les Algériens sur les ondes de la radio chaîne III que leur vie privée sera préservée.  

cybersecure

“Non et non, ce dispositif est destiné à pister les infractions utilisant les TIC, à l’exemple des actes terroristes, des atteintes à la sûreté de l’Etat et du crime transnational organisé”, a expliqué encore Abdelkrim Djadi, d’après lequel toutes les mesures ont été prévues pour que la vie privée des personnes soit préservée et garantie “sauf lorsqu’il y a infraction”, souligne-t-il.

Par ailleurs, la mise sous surveillance d’informations sur le web sera soumise “à une autorisation d’un juge d’instruction ou d’un magistrat”, rassure le procureur général. “Tout ce qui sera récolté comme informations ne peut être utilisé que pour les infractions liées au terrorisme, aux atteintes liées à la sûreté de l’État et aux crimes transnationaux”, insiste-t-il en dernier lieu.

Ces propos confirment ceux du Ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui qui avait également réagi et confirmé que cet organe n’avait pas pour but d’empiéter sur la vie privée des Algériens, mais bien de les protéger contre la cybercriminalité.