Certaines marques étrangères -parfois même Algériennes, dont on omettra volontairement le nom, arrivent à commercialiser des feature phones à un prix dérisoire de 1500 ou 2000 DA (8 à 10 euros). Pour y arriver, ces mêmes marques font recours à des pratiques trompeuses, qui se trouvent à la limite de la légalité.

Première technique, c’est de commencer à économiser dans les composants. Ce qu’on veut dire par là c’est que ces marques ‘enlèvent’ tout ce qui n’est pas essentiel –et parfois ce qu’il est- pour appeler et recevoir des appels, par exemple c’est téléphoné ne disposent presque jamais d’un vibreur, jugé trop couteux.

 On y retrouve parfois aussi un seul haut-parleur, situé au dos de l’appareil. D’ailleurs dans les endroits un peu trop bruyants, les personnes utilisant ce genre de téléphones se retrouvent souvent obligées de le retourner pour pouvoir entendre leur interlocuteur.

Les modèles disposant d’un appareil photo quant à eux, se retrouvent  souvent avec des capteurs VGA de 0.3MP et surtout sans flash.   

Ensuite, on a une technique plus subtile, qui n’est pas perceptible par le client, et qui est celle d’utiliser des matériaux et des pièces recyclées : les premiers provenant de tous types de sources, ce qui leur donne un aspect hétérogène parfois visible dans le cas du plastique de couleur blanche (présence de tâches jaunâtres et de points noirs). Les pièces recyclées quant à elles, viennent de ce qu’on appelle communément ‘la casse’, de grandes quantités de téléphones usés vendus au kilogramme.

Même si ces téléphones sont proposés à des prix incroyables, ils arrivent rarement à survivre à leur première année d’utilisation, ce qui les rend très peu fiables. D’ailleurs on déconseille à nos lecteurs de compter sur eux comme seul moyen de communication, mais plutôt de les considérer comme des téléphones secondaires autrement dit de ‘dépannage’.

A lire aussi

Donnez nous votre avis :

Amateur de sciences, de High-Tech et de la culture geek en général, et ayant comme mission d'étoffer le contenu algérien d'expression francophone.